"la veilleuse"

prologue d'une enquête en cours

PARCELLE 435

Capture d’écran 2020-10-26 à 17.39.47.


« la veilleuse » est le prologue à une enquête intitulée PARCELLE 435. Cette enquête, menée dans un village de l’Oise, porte sur une maison dans laquelle je jouais enfant, déjà en ruine à l’époque et qui aurait disparue depuis. Comme évanouie du sol.
Par cette enquête j’interroge autant mon souvenir de l’espace, ma perception du lieu aujourd’hui, que la mémoire des habitants du village en m’appuyant sur des recherches documentaires.

« la veilleuse » (surnom donné à cette maison) vient poser les premières formes, les premiers indices, à commencer par la part d’imaginaire et de récit que la maison revêt et qui m’a fait débuter ce travail.
J’y interroge la mémoire, faite tant d’oublis que de souvenirs, pour modéliser l’espace. « la veilleuse » est ce premier volume de mémoire, la première strate d’un fantasme archéologique. Le souvenir de l’espace prend forme alors qu’il ne reste rien de tangible ; la mémoire est ici activée par ce qui manque. Un travail sur la contre-forme me permet d’en dessiner le contour, le plan.
Le mur est devenu le premier support de cette projection, la recherche d’un envers. Le papier-peint se fait partition musicale et dessine la forme de cet espace devenu mental.
« la veilleuse » est aussi tenace que fuyante, elle est faite de lumières, d’ombres, d’apparitions et de disparitions. Sur une tradition de la mémoire orale, c’est lors d’une performance qu’est révélée « la veilleuse », qu’elle peut être enfin contée et confiée.

193.jpg

sans titre

polystyrène et moulage en béton | 2019

Capture d’écran 2020-11-02 à 21.20.11.
Capture d’écran 2020-11-02 à 21.20.35.
Capture d’écran 2020-11-02 à 21.21.33.

sans titre 1, 2, 3

estampe numérique d'après photocopie | 30x40cm | 2021