1/3

VESTIGE 2018

Ce travail représente le vestige d’une pratique du dessin. Il s’agit d’une impression numérique sur plexiglass réalisée à partir d’une photocopie. Il est présenté dans un rail en acier avec un néon, jouant de la transparence du support pour amener à décrire par le regard ce qui reste, ce qui subsiste.

 

Trouvant son origine dans un outil de travail, le papier carbone, le dessin émerge de cette matrice, par les manques dans sa matière et se révèle à la suite de manipulations durant une année. À l’image du palimpseste, mon dessin s’efface et resurgit au grès des étapes de recherche. Scanné, photocopié jusqu’à l’outrance, agrandi, démultiplié : j’use le dessin. Et cette épreuve passe également par le statut donné à ce travail lors de son exposition. D’installation recouvrant l’espace, ce dessin est devenu livre pour revenir à une installation, puis une simple photocopie et enfin cette impression numérique, sa forme finale, son vestige revenant à la transparence de ce qui reste.

Mon intention est de donner à voir un processus de travail proche de l’archéologie : celui de faire émerger une forme par la destruction de ces mêmes formes. Il s’agit d’imbriquer ce temps, par strates, friable, à un espace alors fragile.

VESTIGE 2018

vue exposition et détail

impression numérique encres UV sur plexiglass, néon et rail acier 110x80x5cm